[Récit] Le fou

  • Auteur de la discussion DeletedUser51406
  • Date de début
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

DeletedUser51406

Guest
A effacer

J'ai beau savoir que les lions ont une crinière, je ne fais pas la différence entre le rouge et l'orange.

Nuances misérables, qui ne vous préoccupez que de ce qui vous semble juste. Saviez-vous qu'à l'âge de 13 ans, j'ai mangé pour la première fois de la citrouille ? Quel goût infect.

Je me suis toujours demandé comment connaître le nom d'une personne inconnue. J'ai mis 5 ans pour le deviner. Il suffit en fait de faire sa connaissance.

J'ai appris très jeune que la magie n'existait pas. J'ai sus très tard que les moutons ne savaient pas parler.

Vous me prenez pour un fou. Vous avez raison.


Si Crésus était toujours vivant, je lui ferai un tour de passe-passe. Vous savez ce que c'est, un tour de passe-passe ? C'est l'incapacité totale de manger avec les dents. Boiteux, boiteux ! Ha, ha, ha !

Je suis fou. Je n'y peux rien. A 14 ans, j'ai contracté cette maladie. Je n'y pouvais plus rien. Encore aujourd'hui, je me demande ce que les étoiles pensent de moi. Le soleil lui-même m'a fait fausse route. J'essaie d'emprunter les détours.

C'est ça, être fou.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser51406

Guest
A effacer

Sur l'Hellespont, je m'abîme. Je vois l'horreur des sacrifices humains, les rougeurs verdoyantes.

Sur l'abîme qui circule dans les lointaines plaines, je vis cet éléphant.

Sans emphase, sans appétit, il me mangea. Se faire croquer, c'est manger des pommes à volonté. Vive les pommes rainettes.

Connaissez-vous les grenouilles ? CONNAISSEZ-VOUS LES LAPINS ?

Je ne crois pas qu'un bout de feuille suffise à combler l'interstice séparant le monde des morts de la pièce de 1 centime qui repose dans ma poche.


J'aime les sapins, avec de la neige dessus.

Ils me rappellent les journées hasardeuses où j'essayais d'attraper les méduses de la mer Egée.

Sur les cigognes je m'envolais. Je ne savais pas où aller. Je ne le sais toujours pas. J'ai pris l'habitude, de remettre à plus tard mon lendemain.

J'aime les oranges farcies. Connaissez-vous l'histoire de l'âme intrinsèque ?

J'avoue qu'une fois assis sur une chaise, j'ai surtout peur de tomber et que les pieds se cassent.

Messire, je vous sied d'être peintre.
 
Dernière édition par un modérateur:

NeirdaRoiklem

Guest
Je me suis permis de fusionner tes sujets. Si tu veux continuer, privilégie de le faire à la suite dans ce sujet plutôt que de rouvrir un sujet à chaque fois.
Sinon, un grain de folie, c'est sympa mais là, c'est un désert ^^
Continue ainsi.
 

DeletedUser51406

Guest
J'y penserai dorénavant. Merci pour le commentaire :)

A effacer, je l'ai déplacé dans une nouvelle discussion, pour une question pratique, merci
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser51406

Guest
A effacer

Le fou (fin)​


Tu me dis que tu vis de folies. Je te dis que tu vis de malaises.

Car rien n'est plus perturbant, que la charrue qui ne fonctionne pas.

Un jour, je me souviens avoir aperçu cet homme. Il portait des lunettes en verre teinté.

Depuis, je ne me souviens plus que d'une chose : l'Alabama.

Cette maladie terrible qui me frappe, c'est l'ouragan funeste, la colère des pharaons d’Égypte. Je sais que je suis fou, mais je n'y peux rien. Il est des hommes que l'on ne peut changer. Je n'en fais pas partie.

Je suis un dieu vivant sur le monde des mortels. Je ne suis pas à ma place. Je devrais manger quelques pommes.

Je crois savoir, que les pommes favorisent la circulation sanguine.

Ô Alabama, trêve de mensonges... Dis-moi donc d'où tu viens.


Cet homme m'appelle, cet homme m'appelle.

Il veut que je l'écoute, il désire que je le vois. Sans doute n'ai-je pas le choix.

J'ai toujours cru à l'existence des corbeaux.

Seulement, ceux je connais n'ont ni plumes, ni oreilles : ils volent.

Je vole, je vole... Arrêtez-moi, arrêtez cet être qui vole. Le voyez-vous ?

Je vis, je meurs. Je suis sans demeure.
 
Dernière édition par un modérateur:
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut