Rixme

  • Auteur de la discussion Wervel
  • Date de début

Wervel

Guest
RIXME

Bonsoir à vous, lecteurs, lectrices et autres passants,
Sans vouloir t'importuner, prêtez attention un instant.
Tant de battles se basent sur des textes si longs...
Si l'on veut varier, cherchons vers d'autres vallons.

Vous voyez ici l'exemple d'un exercice littéraire et poétique auquel j'invite mon ami Jahl à se prêter, la Rixme.
Il s'agit d'un dialogue, peu importe sa nature et son thème, ne demandant que 2 règles :
- Donner chacun son tour une tirade de 2 à 4 vers avec rimes
- Commencer son premier vers avec le ou les derniers sons de son interlocuteur.
Ainsi l'un de ses dialogues pourrait commencer ainsi :

"Ne fait-il pas si beau ce soir de février,
Que je ne peux que promener mon lévrier ?"
Que le second poursuivrait :
"Riez de ce plaisir, mon pauvre compagnon
Sortir son chien, quelle maigre imagination"

Jahl, prêt à lancer cette discussion à vers tirés, jusqu'à ce que nos plumes affutées se fatiguent et que la dernière rime tombe ?
 

Jahl de Vautban

Guest
J'accepte le défi ! Aucune autre contrainte ?
Car, que diable ! il faut que cela nous éreinte,
Qu'on voit que ce duel de nos plumes ait l'empreinte !
 

Wervel

Guest
Emprunte déjà les chemins que je te montre, camarade
Tes vers semblent faciles, et coulent comme une cascade.
Mais reprendre une consonance est parfois bien dur
Pour le moment, faisons que cet échange perdure
 

Jahl de Vautban

Guest
Ange perdu, réponds ! Je te prends à témoin :
Je ne laisserai pas mes paroles s'amoin-
drir ; encore bien moins leur flot n'ira tarir
La fin des temps viendrait que je pourrais écrire.
 

Wervel

Guest
Et ces cris rebelles n'auraient pas de fin ?
Fait un effort, tu me laisses sur ma faim !
Déjà, pourquoi donc couper un mot ainsi ? A moins
d'en rire, c'est un peu facile, qu'on m'en soit témoin
 

Jahl de Vautban

Guest
Soit : tes moindres paroles exhalent une odeur
De défi. Mais tes mots dégagent une froideur !
Quitte à prendre un carcan fait de douze syllabes
Écartes-toi des voies tracées à l'astrolabe.
 

Wervel

Guest
A ce train là bien des vers inutiles couleront
Soit, mon ami, choisi un thème et déblatérons...
 

Wervel

Guest
Blattes et rongeurs ont-ils dévoré ta répartie ?
Je désespères d'une réponse, bien ou mal sortie
Faut-il un terme ou une suite à cette partie ?
 

Jahl de Vautban

Guest
Tasser te partionne en une mélodie
Ensemble discordant fuyant la prosodie ;
Dans ton empressement tu maltraites notre art,
Qui se meurt aujourd'hui et n'en est que plus rare.

Soit, je double la mise avec un second tour :
Parlons, mon cher Wervel, des textes et des atours
Dont on les pare afin de nous les sublimer :
Vois-tu la rime comme un moyen d'exprimer ?
 

Wervel

Guest
Index primé par moi dans mes choix d'expression,
Les rimes sont avant tout un plaisir de l'élocution
Les manier demande une laborieuse adaptation
Mais la technique reste le support de l'émotion
 

Praesen

Guest
Je m'incruste:

Un don voilà ce qu'est la poésie,
Une douceur, qui enjolive la vie.
 

Wervel

Guest
L'avis d'un tiers est peut-être bienvenue,
Face au silence, qui vire en déconvenue.
Mais suis au moins les règles de cet échange,
Celles du début, sinon cette incruste dérange
 

Ombre Colorée

Guest
Range ta verve Wervel,
Fait fi de ton fiel ;
Jahl jase mais s'écrase,
En rixme il se dérobe et bas rase.
 

Wervel

Guest
Ebat rasant le pugilat, la rixme reste un duel.
Pardonnez mon ton las, et mes rimes cruelles.
Et puisque d'autres souhaitent croiser la plume,
Entrez, compagnons, sortez de l'anonyme brume.
 

Ombre Colorée

Guest
Rhume littéraire et rhum poétique,
Luminescence ambrée d'un sommeil éthylique,
Elles se croisent, les rimes, et se déconstruisent,
Et la lutte à rien ne mène, d'échanges aussi branlants que Pise.
 

Wervel

Guest
Qu'épisodes futiles ou tomes épais en ressortent,
Toutes luttes nourrissent récits de toutes sortes.
Elles enflamment les esprits, puissantes fumerolles,
Les galvanisent, les font se conforter dans un rôle.
 

Ombre Colorée

Guest
Rôle ? Râle ! Grêle de mots ronge l'âme ;
Rêve sans trêve d'une victoire mais rame,
Ronces s'avancent et piquent tes flancs rances,
Répit tu cris ? Reste au dépit, tu hérites d'une lance.
 

Wervel

Guest
Dunes lancinantes puis torrents intrépides,
Tes vers se font agressifs, le ton limpide...
 

Praesen

Guest
Rôle ? Râle ! Grêle de mots ronge l'âme ;
Rêve sans trêve d'une victoire mais rame,
Ronces s'avancent et piquent tes flancs rances,
Répit tu cris ? Reste au dépit, tu hérites d'une lance.
Méfiance, tes ronces m'empoisonnes,
Mon corps cri, rage puis meurt,
Mais mon esprit raisonne,
Et ne ressens aucunes douleurs,
 
Dernière édition par un modérateur: