[Récit] Les Six Pierres du Volsanga

NeirdaRoiklem

Guest
[Récit] Les Six Pierres du Volsanga


Bonsoir

Voici le recommencement de mon récit.
Au programme, environ un chapitre par semaine.
Thème: roman aventure fantastique dans un cadre du type Grèce Antique.

Participation: A la suite de chaque chapitre, je vous invite à poster des idées de comment pourrait se dérouler le chapitre suivant. Il se pourrait que je pioche dans vos idées si celles-ci m'intéressent.
Ceci s'appliquera après la publication du chapitre deux.


Je vous invite à réagir en postant avis, critiques constructives et en apportant quelques corrections.
Bonne lecture.



Historique



02/04/2015 - Chapitre 1: Traque dans les marais

12/04/2015 - Chapitre 2: De Charybde en Scylla

19/04/2015 - Chapitre 3: Cadeau de la mer

20/06/2015 - Chapitre 4: Songes fiévreux

02/07/2015 - Chapitre 5: L'attaque

22/07/2015 - Chapitre 6: Dans les bois

07/08/2015 - Chapitre 7: Crocs et écailles

13/08/2015 - Chapitre 8: La mine

13/09/2015 - Chapitre 9: Les pierres sœurs

22/09/2015 - Chapitre 10: Liberté retouvée

17/10/2015 - Chapitre 11 : A pic

14/11/2015 - Chapitre 12: Le sanctuaire

23/01/2015 - Chapitre 13: L'Oracle

08/02/2016 - Chapitre 14
: Le baiser de la mort

14/04/2016 - Chapitre 15: L'antre du mal
[gpfooter][/gpfooter]

[Poèmes] Hors série


#01 : Cataclysme

#02 : La Gloire d'Hermès

#03 : Voyage et renouveau

#04 : Ma muse
 
Dernière édition par un modérateur:

NeirdaRoiklem

Guest
Le retour du chapitre 1, connu par ceux qui m'on déjà lu ;)

[SPR]
1
Traque dans les marais​

La brume se leva à la tombée de la nuit. Ce brouillard vaporeux augmenta la tension de la compagnie qui pataugeait depuis plusieurs heures dans les traitres marécages. Le lieutenant Ranafast menait vaillamment sa troupe, ne laissant rien voir de sa fatigue.

Sur ordre de leur commandant, ils avaient quitté le confort de leur baraquement pour prendre en chasse un ennemi qui, trois jours plus tôt, avait ravagé le petit bourg de Tanal, laissant derrière eux, cadavres et ruines fumantes. Depuis le début de la traque, ils n’avaient aperçu aucunes traces de leur proie. Les hommes grommelaient dans leurs barbes, pris pour cible par des essaims de moustiques.

Un bruit retendit. La troupe se figeât et tendit l’oreille. La surface de l’eau se rida. Quelque chose approchait. Quelque chose de gros, très gros et qui approchait rapidement. Les soldats tirèrent leurs armes dans un parfait ensemble et dans le plus grand silence. C’est alors qu’ils jaillirent de la brume. De plus de neuf pied de haut et plus massifs que les ours des Pics Neigeux, ils fondirent sur eux. Les archers décochèrent leurs flèches qui n’eurent pour seul effet d’arracher aux monstres, des rugissements qui les firent frissonner. Les lanciers prirent position sur un banc de sable, s’agenouillèrent, pointant leurs lances vers l’ennemi, formant ainsi un mur compact d’acier hérissé de pointes. Le premier assaillant s’empala sur les lances, brisant plusieurs hampes dans sa chute. Le temps, de reformer les rangs, les suivants étaient sur eux. La ligne de défense fut fauchée comme les blés. Vétérans aguerris, les soldats se jetèrent dans la mêlée. Les marécages s’emplirent de rugissements, de cris d’agonie et du fracas métallique des armes. Ils étaient courageux mais ne pouvaient faire que peu de chose face à de telles créatures munies d'une force prodigieuse, leurs cuirasses dérisoires face à leurs coups meurtriers. L’eau se teinta de rouge et le nombre de combattants déclina rapidement.

Les derniers survivants se trouvèrent retranchés sur une butte assaillie de toutes parts. L’intrépide lieutenant, couvert de sang, combattait valeureusement lorsqu’un coup de griffe lui déchira la poitrine. Il s’effondra. Les yeux, brouillés de larmes de douleur, il vit ses derniers soldats s’effondrer. Alors qu’il rendait son dernier souffle, il songea avec amertume qu’il avait failli à son devoir : protéger son royaume de l’ennemi.

A des milliers de lieues de là, au même moment, jaillissant d'une minuscule île située en mer Leona, un rayon lumineux fusa en direction des cieux avant de se scinder en six faisceaux argentés qui retombèrent sur le continent.
[/SPR]
 

RatVador

Archonte
Comme l'a dit superalexandre9, on a hâte de découvrir la suite, et d'en savoir plus sur l'univers où tu nous place.

C'est bien écrit, et tu arrive à garder l'attention du lecteur... Continue ainsi pour la suite de l'histoire !
 

DjMawpak

Titan
Je trouvais ce début assez intéressant ;-)

Après, je suis quelqu'un qui aime particulièrement les descriptions et il y en avait assez peu dans ce premier chapitre ^^ Mais, peut-être était-ce volontaire pour garder un premier chapitre plutôt vague pour ne pas dévoiler trop d'éléments ? :D
 

NeirdaRoiklem

Guest
A l'origine, le chapitre 1 était un prologue. C'est donc une petite mise en bouche. C'est pour cela qu'il est cours et qu'il va à l'essentiel.

Petite question : Vous préférez les chapitres cours, longs ou vous vous en ficher ?
 

RatVador

Archonte
A l'origine, le chapitre 1 était un prologue. C'est donc une petite mise en bouche. C'est pour cela qu'il est cours et qu'il va à l'essentiel.

Petite question : Vous préférez les chapitres cours, longs ou vous vous en ficher ?
De taille moyenne de préférence, mais la taille que tu as choisie pour le 1er chapitre est suffisante ! Tu y maintiens le suspens, sans trop encombrer l'esprit du lecteur.
 

guillaumeW

Dieu de l'Olympe
Salut, j'ai hâte de lire ton texte ! J'attends juste d'avoir le temps (même s'il n'a pas l'air trop long^^) :)
 

NeirdaRoiklem

Guest
[SPR]
2
De Charybde en Scylla​

La tempête faisait rage.

Les poutres du navire hurlèrent et Neirda fut renversé sur le pont. Il atterrit lourdement parmi les rouleaux de cordages. Il tenta de rétablir son équilibre tandis que plusieurs marins le dépassaient en trébuchant dans le noir. Une main saisit le dos de sa chemise et le remit sur pied.

" Debout gamin et bouge toi. On a besoin de tout le monde" lui lança l'officier en se dirigeant vers l'échelle. Neirda se précipita derrière lui et les autres, gravissant l'échelle pour se retrouver au cœur de la tourmente.
Le ciel était d' un noir d'encre illuminé d'éclairs bleutés et le vent faisait rage dans le gréement du navire, sifflant aux oreilles de Neirda, des gouttes de pluie glaciale lui fouettaient le visage. Soudain, le navire fut roulé par une immense vague. Le pont fut recouvert d'eau de mer et Neirda se retrouva trempé jusqu'aux os. Une seconde vague tumultueuse, plus forte que la première, balaya le pont, entrainant hommes et matériel. Neirda se rattrapa in extremis au bastingage.

Le garçon se remit sur pied alors qu'un éclair fendait le ciel nocturne et venait frapper le grand mât. Une boule de feu piqua droit sur le pont. La vigie, frappée à mort par la foudre vint s'écrasait sur le parquet du pont.

Le vaisseau gita de nouveau mais ce n'était cette fois ci pas dû a la houle. Le navire avait heurté quelque chose. Un nouvel éclair illumina les ténèbres . Durant ce bref instant, les hommes du pont purent apercevoir une tête reptilienne fendant les flots, fonçant à grande allure vers eux.

"Aux balistes !" beugla le commandant au coté du pilote, ce dernier barrant afin de sortir son navire de la trajectoire de la créature. Les soldats s'activaient sur le pont, faiblement éclairé par les quelques lanternes qui se trouvaient là.
Les cordes des balistes claquèrent, leurs projectiles allant se perdre dans les flots, manquant largement leur cible. Le navire craqua sous l'impact et les hommes furent projetés à terre. La créature bondit par dessus le navire, fracassant le mat, enroulant ses anneaux autour de la coque, faisant exploser les bastingages.

Des tireurs avait pris positions sur le gaillard d'arrière et arrosaient la bête d'une pluie de flèches, carreaux et harpons sans réel succès. Sur le pont, les haches de guerres et les épées rebondissaient sur les écailles dures comme du roc.

L'homme devant Neirda fut déchiqueté malgré son armure. Le jeune homme ramassa la lourde épée du mort et slalomant entre les soldats, glissant dans les flaques de sang, il se retrouva près de la masse visqueuse du monstre.

A ce moment, un rayon de lune perça les nuées. Une écaille scintilla, soudain éclairée, prenant une teinte rosée. Comme guidé par une force spirituelle, le bras de Neirda s'abattit et la lame plongea dans la chair, arrachant à la bête un hurlement à glacé le sang.

La tête du monstre pivota, dardant sur le jeune homme un regard malfaisant et fondit sur lui, la gueule ouverte, tout crocs dehors. Neirda plongea vers le sol, évitant l'attaque mortelle. Une douleur lui traversa la jambe. Il hurla de douleur. Son sang semblait s'être changé en lave en fusion. A travers les larmes qui lui voilaient les yeux, il distingua le serpent se dresser au dessus de lui, du poison perlant de ses crochets.

C'est alors que le navire, laissé à la dérive dans la tourmente, s'écrasa contre des récifs, se brisant en miettes. Neirda tomba à la mer et disparu dans les flots.
[/SPR]
Faites tourner vos méninges et à vos claviers :)
 
Dernière édition par un modérateur:

RatVador

Archonte
J'ai vraiment aimé ce chapitre, peut etre mieux que le précédent. Encore une fois, tu nous donne envie d'aller plus loin. Concernant ta question où tu demandait quelle était la longueur optimale du chapitre, et bien là je trouve que c'est parfait !
Voici juste quelques remarques de style qu'il faut corriger pour rendre la lecture plus fluide, mais dans l'ensemble c'est très bien écrit.

Il atterrit lourdement parmi les rouleaux de cordages. Il tenta [...]
Essaye de faire le lien entre les deux phrases, c'est plus joli, la répétition du "Il" est un peu lourde. Quitte à faire une phrase plus longue.
Il atterrit lourdement parmi les cordages, et tenta [...]

Le garçon se remit sur pied alors qu'un éclair fendit le ciel nocturne et venait frapper le grand mât
La formulation me dérange un peu. Evite de trop changer les temps, fait plutôt comme cela :
La garçon se remit sur pied, et c'est alors qu'un éclair fendit le ciel nocturne pour venir frapper le grand mat.

 

NeirdaRoiklem

Guest
Merci de ton ressentit et de tes petites modifications.

Si vous avez du temps, j'ai mis en place une participation . Pour info, voir #1 du sujet.
 

O.Shaf

Polémarque<br><i>Comédienne Détendue</i><br><i>Rhé
excellent surtt le 2eme chapitre ;)

par contre il y a une faute majeure qui m a un peu fait mal aux yeux c'est celle ci :

il faudrait que tu mettes l infinitif

frappée à mort par la foudre vint s'écrasait sur le parquet du pont.


le commandant au coté du pilote

je sais pas pourquoi ici j'ai eu un bug, il me semble qu il s'agit d un capitaine et non d'un commandant. et le pilote n'est pas celui qui dirige c'est plutot celui qui trace la route avec les differents instruments à sa disposition il est en sorte hydrographe, cartographe, meteorologue et géographe^^

sorti de là tu détailles vraiment bien et c'est un réel plaisir que de te lire

​hâte d'avoir la suite

 

NeirdaRoiklem

Guest
Chapitre de transition.
Pour seulement 25 faveurs de Poséidon :D


[SPR]
3
Cadeau de la mer​

"Clio, attends moi."

L'appel résonna dans l'air matinal. La jeune fille continua sa course, faisant la sourde oreille. Elle gravissait la dune à petites foulées, le sable chaud glissant entre ses doigts de pieds, créant des petites vaguelettes dans son sillage.

La tempête avait fait rage la veille, couchant plusieurs arbres sur la côte. Heureusement, le petit village n'avait que peu souffert des vents violents de la nuit.

Clio était impatiente de voir quels trésors la mer avait pu jetée sur leurs rivages. De nouveau trésors qu'elle ajouterait à sa petite collection. Coquillages magnifiques, étoiles de mer, cailloux étincelant ? Elle arriva sur la crête de la dune. Elle ouvrit les bras et emplit ses poumons de l'air salin, frais et vivifiant.

Face à elle s'étendait l'immensité vaste et bleutée de l'océan et à ses pieds, la plage de sable et de galets. Plage jonchait de bois flotté, d'objets en tout genre et de corps échoués dont se repaissaient les mouettes.

"Un navire à dût sombrer dans la tempête, déclara son oncle Cléon en arrivant à sa hauteur. Allons voir." Ils dévalèrent la dune et s'avancèrent là où la mer rencontre la terre. Clio fit fuir les mouettes en leur lançant des pierres. Son oncle retourna un homme gisant dans le sable, intriguer.

Le cadavre était vêtu d'une façon qui lui était des plus inconnue. Le défunt portait un pantalon et une chemise de lin . C'était sans doute un étranger car tout les hommes portaient une tunique jusqu'au delà des frontières. Mais le plus curieux était que c'était un guerrier et qu'à la place de la traditionnelle cuirasse, il portait un ensemble d'anneaux métalliques reliés entre eux, formant une protection imperméable même aux armes de jets. Mais d'où venaient ils ?

Clio poussa un cri. Son oncle se précipita vers elle. "Celui ci, dit elle en pointant un corps. Il respire." Cléon s'approcha. C'était un jeune homme d'une quinzaine de printemps, la peau sur les os, le teint blafard. Sa chemise en lambeaux laissait voir nombre de cicatrices balafrant son dos. Le fouet sans aucun doute . Un galérien ?

Il posa sa main sur la gorge. Le cœur battait faiblement. C'est alors qu'il s'aperçut que le sable était gorgeait de sang et avait pris la teinte vermeille. Cléon souleva avec précaution le tissu imbibé. La blessure était affreuse. C'est comme si une immense bête avait croquer dans le jeune homme à pleines dents. Il le souleva et le pris dans ses bras.

"Allez viens Clio, on rentre. Ce jeune homme à besoin de soins." La jeune fille le rejoignit, faisant tournait entre ses doigts une pièce dorée qu'elle avait trouvée dans le sable. Un objet brillant attira son regard. Elle se pencha et récupéra sur le sol une curieuse pierre émettant une lueur rosée. Elle la fourra dans sa bourse et emboita le pas à son oncle, prenant tout deux le chemin qui les ramener au village.
[/SPR]
 

NeirdaRoiklem

Guest
J'allais pas le laisser comme ça ce pauvre Neirda :D
J'attends vos avis, réactions, critiques constructives ...
 
Dernière édition par un modérateur:

NeirdaRoiklem

Guest
Petit message pour vous informer, même si vous l'avez bien vu qu'il n'y a pas eu de chapitre 4 la semaine dernière. Désolé, je n'ai pas eu le temps. Vous l'aurez donc sans aucun doute ce weekend. Bonne soirée.
 

NeirdaRoiklem

Guest
C'est en cours d'écriture mais j'ai le BAC dans deux semaines. Dossiers et révisions au programme.
Je publierais aux vacances .