[Récit] Les Six Pierres du Volsanga

guillaumeW

Dieu de l'Olympe
Déjà 12 chapitres ??? Et bien ça a l'air vraiment intéressant je vais le terminer prochainement :)
Merci l'hermès de m'avoir rappelé l'existence de ce récit !
 

NeirdaRoiklem

Guest
Merci à rets alors.
Et merci à toi qui passe dans le coin.
Aux chapitres s'ajoutent quelques poèmes hors séries. J'espère que tu trouvera ton bonheur.
Suivez moi si vous voulez avoir une suite un jour :)

 

NeirdaRoiklem

Guest
Ce n'est pas défini. Pour ce que j'ai en tête, c'est seulement le tout début. Je te laisse deviner :)
Mon rêve serait de le finir entièrement et de le publier mais il est un peu en suspend ce rêve mais je ne l'oublie pas .
 

angeciel5

Guest
Ce n'est pas défini. Pour ce que j'ai en tête, c'est seulement le tout début. Je te laisse deviner :)
Mon rêve serait de le finir entièrement et de le publier mais il est un peu en suspend ce rêve mais je ne l'oublie pas .
tu veux vraiment faire un livre :eek:
 

NeirdaRoiklem

Guest
Vu que ça fait depuis que je suis tout petit que j'écris et que j'ai pas mal de manuscrits, c'est un projet qui me tiens à cœur. Mais Rome ne s'est pas faite en un jour. C'est donc la même chose pour mon roman :)
 

NeirdaRoiklem

Guest
Un nouveau chapitre :eek: Enfin ^^

[spr]
13
L'oracle​

Les trois hommes traversèrent la vaste cour, lieu de calme après la cohue qu'ils venaient de traverser, et se présentèrent a l'entrée du temple où se trouvait nombre de prêtres.

-Fort heureusement pour nous, il y a peu de consultations à cette époque de l'année, leur déclara Tímōn. Tires un numéro, dit-il à Neirda, lui indiquant une coupe de bronze posée sur une table.

Neirda plongea sa main dans la coupe sous le regard sévère d'un prêtre. Ses doigts rencontrèrent des petites plaquettes de terre cuite et il en saisit une. Deux encoches étaient gravées dedans.

- La chance est avec nous il semblerait, lui dit le prêtre en souriant. Mon ami, dit-il en s'adressant à Aasim. Ramène nous un chevreau veux-tu, ajouta-t-il en lui mettant quelques pièces dans la main et en désignant de la main un parc dans le coin de la cour, où trottinaient des bêtes sous le regard d'un jeune chevrier.

Le géant d'ébène revint quelques instants plus tard, un chevreau bêlant faiblement sous le bras. Alors, l'attente commença.

Neirda faisait les cent pas lorsqu'un prêtre se présenta à eux et les invita à le suivre. Tout se passa alors très vite. Quelques pièces changèrent de main. Le prêtre saisit le chevreau et le plaça sur un autel. De l'eau fut versée. L'animal frissonna. L'homme hocha la tête d'un air entendu. La bête fut sacrifiée. Le marbre se tâcha de sang. Le cœur fut extrait et jeté dans un brasero. Enfin, le prêtre hocha la tête en guise d'assentiment et les trois hommes suivirent un nouveau prêtre dans les méandres du temple.

Les trois hommes s'engagèrent a la suite de leur guide dans un escalier venteux, descendant en spirale, jusqu'à ce que l'on aurait pu croire être le centre de la Terre. Après une longue descente dans cet escalier taillé dans la roche, ils débouchèrent sur une vaste grotte.

Au centre de cette dernière se trouvait, assise sur un haut tabouret ,une silhouette enveloppée d'un voile de gaze . Neirda l'identifia comme la prêtresse, autour de laquelle des jeunes filles vêtues de blanc s'affairaient. Le sol était parsemé de fissures et crevasses desquelles d'échappaient des fumerolles, créant ainsi une atmosphère lourde et quasi irrespirable.

Tímōn demanda les pierres que les deux hommes lui remirent, qu'il transmit ensuite à l'une des prêtresses qui les apporta à sa maitresse. Les pierres irradièrent au contact des mains de l'oracle, illuminant la caverne, faisant reculer instinctivement toutes les personnes présentes.

Ses yeux se mirent à briller sous son voile et elle déclara d'une voix grave :

"Le conseil des Dieux à la moitié
Aux quatre coins elles sont disséminées
Ensemble dans la roche flamboyante réunies
Leur pouvoir n'a de limite, que celle de votre esprit
Sœurs, toujours elles se retrouveront
Mais secrètes sont leurs fonctions
"

A ces mots, elle vacilla dangereusement sur son tabouret et deux prêtresses se précipitèrent à son secours tandis qu'une troisième apportait un plateau sur lequel se trouvait quelques fioles et onguents.

Le prêtre s'approcha et leur tendant une tablette de terre cuite sur lequel il avait gravé l'oracle, il invita les trois hommes à remonter vers la surface, laissant ainsi les prêtresses s'activant autour de leur maitresse.

Neirda et Aasim emboitèrent donc le pas aux deux prêtres et reprirent leur ascension vers la lumière sans remarquer le regard plein d'intérêt non dissimulé que l'une des jeunes femmes dardait sur eux.
[/spr]
 
Dernière édition par un modérateur:

NeirdaRoiklem

Guest
Je sais bien mais a part nous deux, personne ne sait de quoi il en retourne ^^

Je rappelle aux personnes qui me suive que l'option participation est toujours active :)
A savoir :

Participation: A la suite de chaque chapitre, je vous invite à poster des idées de comment pourrait se dérouler le chapitre suivant. Il se pourrait que je pioche dans vos idées si celles-ci m'intéressent.
Ça peut toujours être sympa.
 
Dernière édition par un modérateur:

Camsethys

Hoplite
Bon, tu es prêt ? ^^
Je rejoins beaucoup de commentaires déjà faits, c'est fluide, bien écrit. (Il reste quelques coquilles niveau orthographe
)
J'aime beaucoup !
c'est rythmé, clair. Je me prends au jeu.
Un peu facile niveau "lecture" (décryptage ?) de ton intrigue : j'avais vite vu que Nierda avait la première pierre ! Et l'une des prêtresses, ça ne m'étonnerait pas que ça soit la nana du songe ! (ça pourrait etre Clio ? Monstre que tu es de l'avoir laisser mourir...)

[SPR]ça va un peu vite pour moi peut être ^^ je le mets en spoil pour que tu garde le plus important : les points positifs ! :)
Faut que tu fasse un peu gaffe, ton récit est bien, mais ton personnage manque un peu de profondeur ^^
Clio, ou même le loup qu'il a sauvé sont là pour humaniser ton personnage, tu es allé un peu vite à mon goût dessus. En développant un peu plus ces personnages secondaires (tertiaires même !) tu peux complexifier ton héros :)
Clio => amour d'une sœur, c'est elle qui le sauve ! ç'aurait pu etre une sorte d'ancre, un repère pour ton personnage
// Loup => représentation de ton personnage au début : solitude, perdu, piégé. Le coup de la lichette, c'était bien vu ! Le loup s'est reconnu dans Neirda (je ne sais pas si c'est le message que tu voulais passer)

J'aime bien les descriptions, j'avoue
. On ne sait pas grand chose sur Neirda (son passé ? juste quelques cours d'escrime). Aucune rétrospective ? Nostalgie du passé ? Est-ce qu'il a envie de rentrer chez lui ? ^^

Pour résumer : développe tes perso et ne nous donne pas toutes les clés de ton récit ;)
Tu ne le prends pas mal hein...
Je respecte complètement ton travail, c'est quelque chose que je suis incapable de faire[/SPR]

Pour la suite, essaie de travailler avec des symboles : par exemple, la chouette (chap 2) peut avoir un role de guide / (sur)veille ton héros / rôle un peu maternel et représente la nana du songe. Un traceur pour ton histoire !
Garde sous le coude les effets positifs du poison et du sang avalé, pour plus loin dans le récit (dénouement ? pour assembler les pierres ? A toi de voir :) )
J'attends beaucoup de Timon ! (Pumba arrive ?). J'pense que tu peux lui faire jouer un double role facilement ! Il les a aidé, il les trahis, il pique une pierre, il revient vers eux ; un truc du genre. Et il venait faire quoi chez l'oracle lui ? :eek:

Prévois-lui un RDV chez le médecin quand il rentre : à 15ans, se barrer, se faire croquer comme un gateau, faire de grosses hallucinations, boire du sang, c'est pas très sain à son age


Continue, j'attends la suite ! :D
 

NeirdaRoiklem

Guest
Houla ...
Ça c'est du commentaire et constructif qui plus est :)

Je vais donc réagir.

Tout d'abord, merci. Pour les coquilles, j'en suis bien conscient. Et je fais relire avant...
Pour l'intrigue, c'est souvent le même plan. Mais j'essaye de ne pas tomber dans le vu et revu en tentant d'être original.
Après, nous n'en sommes qu'au début de l'histoire.
Concernant, la femme du songe, tu fais fausse route :p Une femme casquée avec un chouette dans les parages, tu n'est peut être pas familière avec la mythologie grecque mais je peux te dire qu'elle à tout de plus divin cette femme ;-)

Pour la profondeur du héros ... J'ai toujours eu du mal à remplir la coquille de mes personnages. Les émotions, leur vie et tout ce qui va avec, ce n'est pas mon fort. Mais je vais essayer de faire un effort. Et comme dit plus haut, ce n'est que le début. L'échiquier se met en place au fil du récit et des chapitres à venir ;-)

Je prend tout tes commentaires en compte. C'est très important pour moi que vous donniez votre avis, votre ressentit et de possibles améliorations. Ce ne sera pas de la co-écriture mais je pourrais trouver une petite place dans les remerciements :)

Après, je n'ai qu'un plan grossier et je brode autour au fur et a mesure que j'avance. Il y a des personnages dont je ne sais pas encore trop quoi faire. C'est le cas de Timon mais aussi d'Apion. Quel role devront-t-ils jouer ? Je n'en sais trop rien pour le moment.
Pour le sang de dragon, je pense l'utiliser prochainement dans le cadre d'une rencontre avec une nouvelle entité pas tout à fait humaine celle ci :)
 

Camsethys

Hoplite
Tu avais l'air en manque de commentaires

Constructif, je fais ce que je peux...

J'ai bien compris qui c'était ^^ Rien n’empêche la personnalisation d'un dieu : par exemple, Zeus a revetu plus d'une forme pour séduire ses conquêtes! La chouette, c'est juste pour connecter les deux mondes. Si il faut attendre que le héros est la crève pour passer dans le monde des Dieux, ça va être long ! Mais tu as peut être déja penser à quelque chose pour la suite
(Ne me spoil pas !)

Après, la profondeur du perso, ce n'est que mon ressenti. Si tu essaie d'y remédier, fait attention, tu risque de ralentir ton intrigue.

Avec toutes les coquillettes, on va pouvoir se faire une bouffe ! :D (Je sors...)
 

NeirdaRoiklem

Guest
Bah oui, est sauf erreur de ma part, les personnes qui me suivent réellement ne sont pas légions :-(
Manifestez vous ^^

Mais mais mais :eek: Qu'est ce qu'il irait faire dans le domaine des dieux ? :p
J'utilise la passerelle qu'est les songes pour entrer en communication avec le monde mystique qu'est celui des dieux. Divinités pouvant prodiguer conseils et aide .

Pour ce qui est des personnages, il est dans mon intention d'en apprendre un peu plus au fur et a mesure que nous avançons dans la trame de l'histoire. Je ne suis pas pour une longue description sociale, morale et physique au début. C'est plus en sous entendu, a travers le regard d'autres personnages que le lecteur pourra brosser le portrait du héros et des ses compagnons.

Je rappelle que si vous avez de potentielles pistes pour la suite, n'hésitez pas à m'en faire part. Il se pourrait que je pioche dedans si celles ci correspondent à ce que j'ai en tête.
 

Camsethys

Hoplite
C'est pas parce que ça post pas, que tu n'es pas lu !

Si on te donne des pistes pour la suite, c'est presque de l'auto-spoil !
Je préfère garder du suspens ! :p
 

NeirdaRoiklem

Guest
C'est pas parce que ça post pas, que tu n'es pas lu !
Non mais je sais à peu près qui me suis car je les connait bien :) Et puis c'est ceux qui laissent des commentaires. Les autres, je ne peut pas trop savoir.

C'est pour quand la suite ? :')
Le dernier chapitre étant sortit le 23, doucement l'ami. Sinon, j'ai écrit la moitié du suivant hier dans le train.
Donc disons dans une a deux semaines :)

 

NeirdaRoiklem

Guest
Le voici le voilà bande d'impatients :-D
Bon baisers à vous :p

[spr]
14
Le baiser de la mort​

Lorsque l'on meurt, nous ne voyons pas défiler notre vie devant nos yeux. Ce sont des foutaises. Ce sont nos péchés qui nous rattrapent. Nous devons payer pour nos actions passées car dans ce monde, aucun péché ne reste impuni.

Les regrets envahissaient Pétros, toutes les choses qu'il n'avait pas su être, toutes les choses qu'il aurait aimé changer. Mais c'était trop tard. Ses yeux fixant la roche du plafond déjà se voilaient, un sourire sanglant ouvrant sa gorge, son sang se répandant sous lui.

Comment en était-il arrivé là ? Tout allait pourtant si bien. Le temps était au beau fixe, la foule nombreuse et les bourses des pèlerins bien remplies. Encadré de ses acolytes, ils fendaient tous trois la foule se pressant sur la route pavée menant de la cité au sanctuaire, délestant les pèlerins de quelques oboles par-ci par-là.

La bourse replète d'un prêtre avait attirée son regard. Un petit homme isolé, joufflu et bien en chair. Une cible facile s'était-il dit. Il s'était vu dépensant son butin, dans une taverne, enivré en compagnie de quelques putains.

Il s'était approché discrètement dans le dos de sa cible et avait avec doigté subtilisé la bourse. Comment, il ne le sut point mais le prêtre sentit qu'on le délestait de son trésor et fit volte-face, fixant son voleur dans les yeux d'un regard furibond.

Pétros paniqua et tira son coutelas de sa ceinture. Le serviteur des dieux tomba à terre en criant, pressant son bras dont la manche blanche prenait une teinte vermeille. Sur son geste, les trois larrons décampèrent, remontant le flux d'hommes, femmes, bétails et chariots dans le sens inverse.

Un mouvement attirèrent leur regard. Deux hommes les avaient prit en chasse. Un géant noir tenant dans son poing une massive hache de guerre accompagné d'un jeune homme, la main sur la garde d'une longue épée.

Les trois hommes accélérèrent l'allure, jouant des coudes mais ils se rendirent vite à l'évidence que leurs poursuivants gagnaient du terrain. Ils quittèrent donc la route et se mirent à courir en direction de la montagne. Pétros savait que la montagne fourmillait de grottes, tunnels et corniches. Ils auraient plus de chance là bas de se cacher voire de semer les deux hommes à leur poursuite.

Quelques instants plus tard, une ouverture s'ouvrant dans la roche et plongeant dans l'obscurité apparut devant eux. Sans hésiter, ils s'y engouffrèrent, préférant l'obscurité aux deux hommes armés sur leurs pas dont ils ignoraient les intentions.

Pétros avançait dans le boyau, la main sur la roche, longeant la paroi. Ilías sur sa gauche éternua. Le bruit se répercuta dans toute la grotte. Un tapotement se fit entendre.

Il y eu un mouvement tout près, un déplacement d'air. Un craquement écœurant se fit entendre suivi de la chute d'un corps mou sur le sol.

- Gáios ? demanda Ilías. Qu'est ce qui se ...

Jamais la fin de la phrase ne vint. Un cri étouffé se fit entendre suivit d'un gargouillement. Une substance liquide plût sur le sol. Du sang, devina Pétros, tremblant le couteau à la main sondant l'obscurité à la recherche de ses compagnons sans doute déjà morts ou bien ce qui venait de leur ôter la vie.

Un souffle d'air lui caressa la nuque. Tous ses poils se hérissèrent de terreur. Un objet tranchant passa sur sa gorge. Il ne sentit rien hormis le sang qui se mit à jaillir. Ses jambes se dérobèrent sous son corps qui vint à la rencontre du sol.

Si il avait écouté son défunt père, si il avait choisi une autre voie, sans doute ne serait-il pas là. Voilà ce à quoi songeait Pétros. A travers les larmes qui lui voilaient les yeux, il distingua deux yeux verts qui le fixaient. Une main à la douceur féminine passa sur son visage, lui caressant délicatement la joue.

La créature se pencha sur lui et déposa ses douces lèvres sur les siennes. Dans le lointain, il entendit des voix. Sans doute celles de ses poursuivants. Avec un peu de chance, ils mourraient également, songea Pétros en s'abandonnant au baiser de la mort.
[/spr]
 
Dernière édition par un modérateur: